Animalismes

Il y a plusieurs courants dans l'animalisme. On peut en effet le segmenter de plein de façons : sur le rapport social aux animaux d'autres espèces (spécisme et anti-spécisme notamment), sur le rapport à l'abolition (exploito-welfarisme et abolitionnisme ou abolitionnismes), sur la méthode d'abolition pour le sous-courant abolitionniste (abolitio-welfarisme et abolitionnisme intransigeant), sur le comportement vis-à-vis des animaux (réductionnisme / flexitarisme, pesco-végétarisme, végétarisme, végétalisme, véganisme, etc.), sur le positionnement vis-à-vis des humains (zoonimalisme pour l'indifférence au nom de la concorde pour la cause ou pour une ou plusieurs autres raisons, capitalisme, anti-capitalisme, socialisme, communisme, anarchisme, illichisme, etc.), sur le ou les modes de production souhaités (puisqu'un mode de production influe nécessairement sur les animaux, à part éradiction évidemment), sur le rapport à la propriété des instruments d'exploitation et la ou les lois qui sont éventuellement à ce propos (destruction même si illégal, respect à la lettre du droit, dénonciation quand illégal ou laisser-faire, etc.), sur la perception de légitimité des modes d'action (action directe, politique politicienne, légalisme et illégalisme avec plus ou moins de conditions, éducation populaire, mise en lumière visant à choquer, etc.) sur le rapport à l'organisation (radicalement hostile, méfiant, pro, etc.), sur le mode d'organisation collectif pour la partie qui est collectivement organisée (parti politique policien, association, syndicat, etc.), sur le rapport à l'écologie (industrialisme forcenée, industrialisme important ou faible, croissantisme, décroissantisme, acroissantisme, ultra-artificialisme, effondrementisme, etc.), etc.

Bien qu'il y ait une base commune, à savoir la prise en compte des intérêts des animaux ou du moins ce qui est perçu comme tel, qui justifie la notion d'animalisme, il peut y avoir des différences notoires, d'où l'intérêt de pouvoir expliciter cela concisement en évoquant des animalismes. Évidemment ce terme reste très vague, car sa définition ne comprend nullement la manière ou les manières de découper des courants au sein de l'animalisme.