Lacto-végétarisme

Au sens strict, le lacto-végétarisme est une forme de végétarisme dans laquelle il y a la consommation de lait et de ses produits dérivés (comme le fromage par exemple). Dans une approche exclusiviste, le lacto-végétarisme est du végétarisme avec uniquement le lait et ses dérivés comme aliments animaux. Les oeufs et ses dérivés sont donc exclus, contrairement à l'ovo-lacto-végétarisme. En revanche, puisque le régime alimentaire comprend le lait et ses dérivés, ce n'est pas du végétalisme et encore moins du véganisme (qui ne se borne pas à l'alimentation).

Néanmoins, le lacto-végétarisme peut être utilisé pour nommer une pratique intermédiaire entre l'ovo-lacto-végétarisme et le végétalisme, or on peut (ou pas) considérer que l'ovo-lacto-végétarisme exclut seulement les aliments étant des bouts de cadavre ou ayant nécessité directement la mort, ce qui est là plus permissif que de se borner au lait et à l'oeuf, puisque ça inclut par exemple aussi le miel, donc il peut arriver que le lacto-végétarisme serve à seulement indiquer l'absence d'oeuf en plus des bouts de cadavre ou des aliments ayant directement nécessité la mort et en ce sens n'excluerait pas entre autres le miel. Au sens strict, le lacto-végétarisme n'inclut à priori pas le miel. En revanche, au sens exclusiviste, il l'exclut nécessairement. Enfin ce n'est pas le cas dans une approche qualifiable de laxiste, voire de différencialiste.

Le lacto-végétarisme peut être compris comme une forme particulière d'ovo-lacto-végétarisme, dans le sens où cela en est un sous-ensemble, mais on peut trouver cela non-souhaitable, puisque la différence pourrait être voulue (donc dans ce cas autant l'indiquer en mot) et est peut-être non-anecdotique nutritionnellement. Toutefois, dans une approche très laxiste, le lacto-végétarisme inclut le lait et ses dérivés, mais sans pour autant exclure l'oeuf (et encore moins le miel évidemment), ce qui en ferait une forme de végétarisme qui serait non-contradictoire avec l'ovo-végétarisme. Dans une approche exclusiviste, le lacto-végétarisme n'inclut pas l'oeuf et ses dérivés, tandis que l'ovo-végétarisme n'inclut pas le lait et ses dérivés, ce qui fait que le lacto-végétarisme et l'ovo-végétarisme sont contradictoires et donc incompatibles, du moins dans cette approche. Dans une approche exclusiviste forte, en opposition à une approche exclusiviste faible, le lacto-végétarisme n'inclut que le lait et ses dérivés comme aliments animaux, l'ovo-végétarisme n'inclut que les oeufs et ses dérivés comme aliments animaux, ce qui fait par exemple que dans cette approche le miel est exclu de ces formes de végétarisme, comme c'est le cas de l'ovo-lacto-végétarisme sous la même approche.

Le lacto-végétarisme au sens exclusiviste fort est du végétalisme avec en plus du lait et ses dérivés. Pour évoquer le lacto-végétarisme spécifiquement au sens exclusiviste fort, on peut envisager d'employer le terme de lacto-végétalisme. Cependant, on peut juger que c'est pour le moins acrobatique, puisque le végétalisme exclut le lait (avec ses dérivés), ce à quoi l'on pourrait objecter qu'il existe le pesco-végétarisme qu'il faudrait aussi refuser si on est contre un terme qui fait une hybridation contre-nature de la sorte.

Les adjectifs singuliers pour désigner quelque chose rapportable au lacto-végétarisme sont : lacto-végétariste (épicène), lacto-végétarien (masculin) et lacto-végétarienne (féminin). On peut utiliser les mêmes mots sous forme de nom pour désigner une personne pratiquant le lacto-végétarisme. Les formes plurielles ont juste un "s" en plus à la fin.