Simili-viande

Est simili-viande ce qui ressemble à de la viande par un ou plusieurs aspects mais sans en être. Parmi les aspects possibles, il y a l'aspect visuel, le goût, la nutrition, la consistance, l'odeur, etc. Toutefois tous les aspects de la viande ne sont pas valables (par exemple il est vraisemblablement consensuel que l'aspect extrinsèque qu'est la rareté ne l'est pas, tout comme l'éventuel prix) et certains aspects ne le sont pas à eux seuls (voire aucun). L'acceptation de ce qu'est (ou serait) de la smili-viande et de ce qui ne l'est pas (ou ce qui ne le serait pas) varie en fonction des personnes (individuelles et morales), de par les différences de critères (y a t'il au moins un aspect suffisant ? si oui, lequel ou lesquels ? quelles combinaisons d'aspects insuffisants ? quels aspects et quelles manières de ceux-ci peuvent annuler la simili-vianditude ? etc.)

Dans le cadre du végétarisme et du pesco-végétarisme, de la smili-viande peut s'avérer pratique. Par exemple, la smili-viande peut permettre de ne pas changer la manière de s'alimenter (par un ou plusieurs aspects mais évidemment pas tous puisque similitude n'est pas exactitude) pendant une transition ou même après. Ça peut aussi être utile pour proposer un plat commun à une ou plusieurs personnes invitées, potentiellement en n'informant pas que ce n'est pas de la vraie, dans le but de pas les brusquer si on suppose que ce serait un risque et que l'on n'a pas envie de le prendre. Malgré que l'on puisse trouver cela intéressant, la simili-viande n'est nullement nécessaire au corps et cela peut contribuer à conforter l'inclinaisation (ou complexion passionnelle / ingenium en langage spinoziste) à penser la consommation de chair tierce comme un non-problème. De plus, la simili-viande prononcée (manière d'exclure explicitement certaines choses ressemblantes à de la viande mais d'une manière que l'on jugerait faible, comme le tofu par exemple) est nécessairement artificielle, donc sa production est vraisemblablement toujours ou très probablement plus coûtante en ressources qu'une alternative nutritionnelle brute ou peu transformée (comme les légumineuses secs pour du brut ou celles-ci cuisinées avec des épices pour du peu transformé).

On peut d'ailleurs en profiter de ce cadre alimentaire pour énoncer un synonyme partiel à simili-viande : simili-carné. Le synonymage n'est en effet que partiel, c'est-à-dire valable dans certains cas seulement. Le mot simili-viande couvre un plus large spectre que simili-carné. Par exemple, de la simili-viande peut ne pas être commestible, mais être toutefois visuellement ressemblante et potentiellement adossée à une odeur y faisant penser. En revanche, un simili-carné est nécessairement commestible.